La corvée d’une esclave (2/2)

La dernière fois, j’avais abordé la corvée d’un de mes forces spéciales esclaves sexuelle sissy. Bien que votre dominatrice préférée en a vu d’autres et des bien mûres depuis, elle va tout de même terminée ce récit érotique.

« -Pas les enfants maîtresse ! J’aimerai que l’on puisse les laisser en dehors de ça… »

Le temps est suspendu, je prends une mine songeuse. Bien entendu, je n’ai aucune envie que ses enfants sachent que je suis une dominatrice méchante et sévère et que cette fiotte explose le budget du ménage à mes côtés. Cependant, je veux jouer avec ce petit côté exhibitionniste qu’il a du mal à libérer. Je vais donc lui exiger de venir se promener dans un parc habillé en pute bien féminisée mais avant cela, je vais lui donner une correction.

« -Ok, pas les enfants mais il faut que quelqu’un paye de sa personne sur l’autel de Maîtresse Joséphine.. »

-Euh…ben moi si vous voulez ! Exulte le chien en levant sa patte tenant les gants pour faire la vaisselle. Une vision pathétique voire morbide de cette sissy réclamant sa dose d’humiliation par son escort dominatrice.

– Viens par ici à quatre pattes alors !

La scène commence, je dégage un maximum de sensualité pour hypnotiser mon esclave. D’un coup, je lui mets une gifle qu’il ne semble pas percevoir, puis je le tabasse de coups avec mes hauts talons aiguilles et mes mains.

La phase hystérique : un coït SM

Pendant que je le rue de coups dans les couilles (ballbusting) et que je lui crache dessus (spitting), je commence à sentir cette bestiole sadique qui s’empare de moi. Je lui crie dessus comme une hystérique avec une voix de folle pour lui balancer de véritables obscénités, que seule une pro du BDSM peut maîtriser.

-J’en ai marre, je t’ai toujours couvert et tu ne t’ai jamais soumis à moi ! Je veux ta dévotion direct et absolue! je n’en peux plus d’être mis en concurrence avec ta femme et tes enfants !

-Mais pourtant maîtresse, je fais tout pour…

La baffe est d’une puissance remarquable et provoque une gêne palpable. La frontière est difficilement visible entre de la domination et une agression. Je décide alors de surenchérir pour ne pas éveiller ses soupçons.

-Je me tue à recoller les morceaux avec toi mais tu ne veux rien comprendre, je ne sais pas si je pourrais rester ta dominatrice escorte pendant longtemps, je cherche une dévotion plus nette. Oh mais regarde.. j’ai abîmé mes beaux talons aiguilles !

La fiotte devient alerte en entendant « talons » et se met à se ruer sur mes pieds en faisant une glissade sur les fesses, ce qui le conduit à mes pieds. Il commence à lécher et à sucer mes talons comme une chatte titiller par l’odeur d’une boîte de thon. La séance hypnotique de conditionnement pavlovien que je lui avais faîtes il y a quelques jours aurait donc portée ses fruits…

Une fois terminé, je l’invite à aller mettre ses bottes à talons pour notre balade dans le jardin public. Je suis souriant et de bonne humeur, mon soumis voit qu’il me rend heureuse d’être une fiotte bien docile et après deux secondes d’hésitation, il a couru dans les escaliers pour rejoindre son dressing. Je profite de cet enthousiasme pour lui rappeler de ne pas oublier sa laisse et quelques euros « pour que je me sente en sécurité en sa compagnie »…lol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *