Instruction Travesti – Sissy game – Jeux Dominatrice

Sissy Game / Travestissement et Crossdressing (partie 1)

Je fais cet article pour tous les pauvres misérables qui n’ont pas les moyens de venir voir leur dominatrice parisienne préférée. Privilégiant le fait de nourrir leur femme hétéro-normée plutôt que de se dévouer à moi qui suis pourtant leur déesse. Je comprends mais la pression sociale vis-à-vis des fiottes comme toi est de moins en moins forte. Tu finiras donc par rentrer dans mon staff de femelle sous cage de chasteté une fois que t’aura tiré un trait définitif sur ton amour-propre pour te concentrer sur ta jouissance mortifère.

Matériel indispensable :

Tout d’abord, sache que tu as le temps, personne ne t’attends et le dressage d’aujourd’hui est un dressage « middle-level », ce qui est tout de même très intense et exigeant. Ainsi, tu dois éteindre ton portable, oublier ta vie de merde et te concentrer sur ta vie de femelle capricieuse.

Pour oublier tes dernières velléités d’homme, tu peux boire un peu ou fumer un peu avant de commencer, cela ne fera que sublimer l’effet du poppers sur ta petite chatte d’homo.

Matériel requis :

  • Chaussures à talon
  • Collant
  • Porte Jarretelle
  • String dentelle
  • Shorty en cuir
  • Faux seins siliconés
  • Soutien-gorge
  • Tee-shirt de femme (Guess/Chanel/etc…), rose de préférence
  • Rouge à Lèvres, gloss
  • Perruque
  • Cage de chasteté
  • 3 godes : un petit vibro, un second moyen (blanc), un gros gode (de couleur noire)
  • Une perruque blonde platine
  • Un flacon de poppers
  • Un miroir

travestissemnt forcé

Imaginant bien qu’une merde comme toi n’a pas eu la présence d’esprit d’avoir déjà tout cela à disposition, c’est préférable d’avoir tout cela en ta possession pour pouvoir passer à la deuxième étape du jeu. Si tu n’as pas ce qu’il faut, vas les acheter ou fais en sorte d’avoir le minimum (trois objets phalliques : de la carotte au concombre par exemple…). Tu vas pouvoir devenir enfin toi-même..

 

 

 

————————————————————————————————————–

Sissy Game / encouragement à la féminisation (partie 2)

Bravo ! Oh comme tu es mignonne de faire tout ça pour moi…

Maintenant que je sens que tu souhaites me manifester cette volonté de devenir une vraie petite chienne, je te propose de te préparer pour cela.

Commence par te mettre du rouge à lèvres. Tu devrais forcer sur la dose, tu n’es qu’un vulgaire pute ultrasophistiqué, inutile de faire la bohème. C’est bon ? Allez, je sais que tu en rêves : Smack…

Enfiles les collants, le porte-jarretelles et fais une première pause pour aller te regarder dans le miroir. Fais claquer le fil de ton porte jarretelles !! Commences à devenir un peu nympho pour moi…

Enfile le string et ton shorty de catin bon marché, met rapidement tes faux seins pour oublier que tu es un mâle homosexuel refoulé. Vite vite !! Puis soutien-gorge et ton tee-shirt de beurette de cité, de préférence vulgaire et aguicheur. Finis par la perruque et admire la prostituée que tu es devenue. Ressens le feeling, commence à bouger comme une femme. Tu as le temps mon chéri, tu es tout seul avec ton narrateur et ton petit anus qui commence à te supplier de venir l’éclater. Tu le sens ? Profites de ce moment…

féliictation dominatrice

Tu sais que même si le fait que je sois une escort girl dominatrice en région parisienne me fait connaître beaucoup de soumis, je craque pour les trav’ dit « lesbien » qui rêvent de faire du X. C’est plus qu’une relation sado-masochiste, j’ai presque de l’amour pour eux. D’ailleurs, c’est le cas de mes forces spéciales qui sont mes maris en quelque sortes, bien que j’applique la polyandrie. Ça me permet surtout de les voir s’entregoder comme des couineuses au coin de la cheminée pendant que je regardes mes séries TV. Qu’ils sont beaux quand ils se lâchent vraiment…

Revenons aux jeux, tu es maintenant habillée comme une demi-mondaine bien vulgaire qui ne demande qu’à se faire défoncer. Profites de cette sensation ! Prends une petite heure pour te promener chez toi, regarder un peu la télé, faire la vaisselle, laver les toilettes, lire un roman. Exagères ta féminité, fais la nymphomane de foyer. Regarde toi dans la glace, tu es maintenant une vraie femme, avec un caractère bien trempé…(lol). Dans l’idéal, filme toi…

Enfin, profite de cet instant avec toi-même pour enfiler ta cage de chasteté qui sera désormais ton clitoris. Fume un peu comme une allumeuse si tu veux, bois un verre et prend un premier sniff de poppers. Regarde toi dans la glace et adoptes des postures aguichantes, honteuses et coupables…

Une fois que tu as passé une heure pile à faire tout ça, à trémousser ton cul de fille volage un peu partout chez toi, reviens ici pour la troisième partie de ton jeu avec ta maîtresse… je t’embrasse ma chérie. À tout à l’heure…

——————————————————————————————-

Sissy Game / Devenir une femelle (partie 3)

Wouao !! Tu l’as fait ! Mais c’est trop bien !

Honnêtement, tu es trop mignonne de faire tout ça. Tu es vraiment belle en plus, ça m’excite de t’imaginer faire ton coming-out de travelo en rut… J’ai comme une envie de te protéger maintenant…

Tu veux me prouver que tu es une vraie sissy ? Que tu n’es pas un fantasmeur mais bien une vraie pute à jus ? Et bien dis-le…

« Je suis une videuse de couilles et alors ? ! ». Allez ! Fais un coup de gueule devant ton mirroir comme une pute instable…montres que tu as du caractère et que personne ne t’arrêtera dans ta démarche de soumise.

« Je suis pour la paix dans le monde moi! », montre que tu es une trans bimbo inoffensive et complètement pacifiée pour ta maîtresse Joséphine. Dis-le devant le miroir et adopte une posture sensuelle et caractérielle, fais ton coup de gueule d’adolescente stupide qui compte plus sur son aptitude à prendre des bites que d’avoir des bonnes notes…

Je suis ta femdom dominatrice et je commencerai à t’admirer à partir de ce moment-là. Tu es belle en bimbo écervelée sur tes hauts talons…

Installe-toi confortablement, dans un lit ou sur un canapé. Prends tes aises et lis ces mots de ta maîtresse pendant que tu te touches le clito (ta cage de chasteté) comme une vraie femme. Tu peux mettre un peu de musique aussi (Zaho par exemple…hihi).

Prépare tes godes et ton lubrifiant, mets ton miroir en face de toi et touche-toi, te voilà en train d’amorcer les préliminaires. Ressens ta féminisation, oublie ta vie de mec, les blagues homophobes que tu reçois ou que tu profères, tu n’es pas un PD, tu es juste une sissy trav en solo qui obéit à sa maîtresse Joséphine.

Touche-toi, fumes un peu, bois un verre et prend des petits sniff de poppers. Tu vas te faire défoncer. Avant ça, bouges une petite dizaine de minutes devant le miroir, aguiche les mecs qui vont bientôt être symbolisés par les trois godes qui vont te défoncer. Il y a un Chinois, un européen et un black… Pense à eux et fais la cochonne qui va s’offrir devant les trois godes immobiles. Ressens la situation de la tapineuse qui chauffe sa came…

instruction travesti

Une fois que tu es prêtes, passes à l’étape 4. Tu n’es pas pressé, prends ton temps, tu es une femme, tu as besoin de sentir, de faire mouiller ton trou avant de faire l’amour. Induis tes zones érogènes de lubrifiants…montres moi que tu es prêtes à t’offrir à ta maîtresse.

————————————————————————————————————-

Sissy Game / Instruction à la masturbation anal (partie 4)

Putain mais t’es une vraie salope !! T’es super bandante comme Nana tu sais…

Passons aux choses sérieuses…enlève ton string (tu peux faire un strip-tease pour cela) et commence à te doigter le cul comme une femmelette, expose-le devant ton miroir et devant ton plus petit gode qui symbolisera la bite de Lee, ton amant Chinois imaginaire…

Allez là ! Expose ton cul à quatre pattes, serres un peu les jambes pour oublier ta bite. Tu es une femelle et tu excites Lee désormais…et ta maîtresse te regarde, admirative.

Prends ton petit godemichet vibro et suce-le, doucement et insère-le rapidement dans ton cul…tu n’aimes pas trop sucer les petites bites ? Tu aimes être pénétrer par Lee en début de soirée au moins non ?

Fais-le vibrer dans ton fion et ressens le feeling de la femme. Sniff un peu de popper et reluque la bite de Donovan, ton gode medium size qui attend impatiemment son tour.

Appelle-le ! « Donovan, viens me prendre » et prends-le en main et commence à le sucer. Déjà, ce godemichet est plus adapté à ta grosse bouche de suceuse. Quitte Lee et mets-toi un doigt pendant que tu lui lèche son sexe de partout.  Prépares ton cul pour Donovan et pour ta dominatrice qui te regarde, béate. Tu connais ton corps de traînée donc prépares ton cul comme tu le sens, avec deux ou trois doigts et du lubrifiant, prends le temps, profite…

práparation stretching anal

Prends une petite dizaine de minutes pour prendre le temps de te faire bien niquer par Donovan dans trois position. D’abord sur le dos, puis en levrette avant d’adopter la position d’Andromaque. Prends-toi un sniff de poppers et commences à jouir. Regarde-toi comme la femelle pitoyable que tu es dans le miroir…prends ton pied !!

Ça fait dix minutes que tu te fais défoncer mais tu sais que Mamadou, le gros dildo black et veineux que t’as été acheté honteux dans un sex-shop, te regarde.

Pendant que tu te mets le gode dans l’anus, demandes à Mamadou de venir se faire sucer par toi. Laisse-toi aller à un peu de schizophrénie, ce n’est qu’un jeu érotique, tu n’es pas gay, t’es juste un travelo…:).

Commence à pomper le gros godemichet de Mamadou pendant que t’es assis sur Donovan. Bouges ton corps de manière sensuelle, essaye de te faire bander un peu car quand tu aura Mamadou dans le cul, je t’autoriserai à enlever ta cage de chasteté pour avoir ton sissygasme…

Fais une gorge profonde au gros dildo de black. Tu peux te faire vomir si tu veux, te faire pleurer et n’hésites pas à te remettre rapidement du rouge à lèvres et du poppers dans le nez pour bien faire la soumise soubrette dévoué à cette grosse bite d’alpha. N’oublies pas de t’empaler sur Donovan en même temps…

Tu commences à me faire fondre. Ta femdom est fière de toi…

maitresse fière

Maintenant, dis ces paroles pendant que t’as un gode dans le cul et l’autre dans ta bouche de trav’ :

« -Donovan, je veux bien te sucer encore un peu mais je veux que tu laisses Mamadou venir me butinez ma chatte d’homo ». Allez dis-le stp, tu commences à me faire de l’effet…

Commence à sucer Donovan du cul à la bouche et mets toi à quatre pattes. Expose ton trou de femelle dans ton miroir avec le gode Mamadou à tes pieds et dis ces paroles traumatisantes : « Mamadou, viens vite me féconder s’il te plaît, tu sais que je suis ta putain de femelle blanche alors assumes maintenant ! ». Profite du shoot d’adrénaline…

Maintenant, tu peux enlever ta cage de chasteté rapidement si tu te sens en mesure de jouir sans les mains, comme une femme qui connaît son corps et ses désirs…

Libère-toi, sans shorty et avec tes faux seins à l’air, tu es à la merci de ta grosse bite de black (BBC;)).

Assume une position d’allumeuse tout en suçant Donovan et insère-toi Mamadou. Oublie-toi maintenant et laisse-toi aller à ton imagination pour une relation sexuelle avec Mamadou et Donovan pendant minimum 20 minutes. Parle crade, sois chaude, pute mais glamour, chienne mais sophistiquée, montre à ton escort dominatrice que ton petit cul d’homo pourrait faire l’affaire pour venir grossir les rangs de mon cheptel de sissys soumises. Dis à Mamadou que tu l’aimes…

Allez là !! Dis lui entre deux couinements de femme en rut, tout en t’auto-godant , »je t’aime Mamadou »…

challenge sissy réussi

Prouve-le-lui et une fois que tu es prêtes cérébralement, jouit de ton sperme chaud comme une vraie lope sur le gode Mamadou et va vite le sucer pour laver correctement le matériel. Pompe-le et fais une dernière gorge profonde pour me montrer ta dévotion. Je sais que c’est souvent là que tu craques…maintenant que t’as pris ton pied tu voudrais plus sucer ? Tu sers à quoi alors ? Allez suce et avale tout…

Bilan du sissy game/anal play

Wouha ! Haha, mort de rire. Tu es juste pitoyable mais c’est vrai que tu es touchant. T’imagines ce que tu viens de faire pour ta dominatrice ? T’es pas gay pourtant, si ?

Alors ? Cette expérience ? Moi perso, j’adore les putes sissy qui se travestissent pour mon plaisir même si c’est quand même un peu pathétique ça m’excite grave. Je suis limite en chaleur là ! Wouah…

Donc tu peux m’envoyer des photos de toi en com’ pour montrer que tu as tout bien fait ou des vidéos, je te publierai c’est promis avec une belle dédicace. Mon mail en contact.

Quand tu aura retrouvé tes esprits d’hommes soumis masochistes, n’oublies pas pour le championnat de la meilleure fiottes

Gros bisous ma petite merde (t’es vraiment trop mignon quand tu fais la cocotte comme cela)…

 

La domination à Paris

Cela fait quelque temps que je m’amuse avec mes chiens à la maison. Je les frappe, je leur crache dessus (spitting) et je les violente, en échange ils peuvent me lécher les talons et ils ont le droit de s’entre-goder dans le jardin sous ma surveillance. C’est grosso-modo mon quotidien puisque je n’ai ni tâches ménagères et je ne m’occupe que des grandes lignes des tâches administratives.

Évidemment et à force, tous ces petits toutous me font perdre la tête et j’ai besoin de prendre un peu de recul sur mon activité d’escort dominatrice. Que eux soit dévoué à moi, c’est le minimum, mais qu’il me puise mon énergie ? C’est hors de question.

Je fais donc de plus en plus de sortie depuis deux semaines entre les établissements SM de Paris et mon nouveau copain, un grand chef d’entreprise dans le BTP. Ces absences du chenil me vaut les regards tristes et médusés de mes esclaves qui cherchent désespérément à attirer mon attention pour que je reste. Parfois ils y arrivent tant ils sont imaginatifs…

Mes sorties SM à Paris

Bien entendu, il m’est arrivé de prendre du service aux Cris et chuchotements, un club libertin SM, en tant qu’escort domina. Cris & Chuchotements et un des endroits de la capitale qui fait référence dans le milieu du sadomasochisme. Il faut dire que les soirées que l’on y passent sont chaudes pour certains mais insolites pour d’autres. J’essaye donc d’y aller quand j’en ai l’occasion pour notamment chercher de nouvelles recrues pour les cris et chuchottemntsannées à venir.

Je m’intéresse notamment aux jeunes travestis car ils sont jeunes donc plus fidèles et plus idéalistes. Le vieux soumis de cinquante ans est généralement un déséquilibré qui réussit le jour mais a besoin de se faire punir la nuit. En revanche, la teen crossdresser se projette déjà dans une vie de sissy soumise, elle a un avenir prometteur.

Une fois, un de ces petites travestis avait entamé une carrière de pornstar en webcam à ma demande, sur chaturbate. C’était formidable, elle faisait tout, préparait la cam, se masturbait, se doigtait et ramenait de l’argent pour le cercle des dominatrices Parisiennes. Ses hautes études littéraires ne le lui permettant plus, mais je sais la rappeler à l’ordre au moindre désir. Sa seule condition, c’est que pendant tout ce temps, je la regarde parfois. Un coup d’œil par ci, un coup d’œil par là, cela l’excitait d’être épié pendant qu’elle se godait le cul. Bref, un vrai travelo comme on en trouve assez peu finalement.

Quelquefois, je me rends également au club SM l’escarpin, c’est là que j’ai rencontré deux de mes forces spéciales, mes esclaves sexuels de comptétition.

Mon implication dans Paris.M

Paris M est une association regroupant les acteurs du BDSM parisien afin de diffuser nos pratiques et nos bonnes manières en matière de BDSM. Il y a des dominas, des maîtres mais également des soumises et des soumis. J’aime ces rencontres et ces discussions car nous abordons des thèmes entre maîtresses et soumises dans la plus stricte égalité.

Cependant, il semblerait que nous faisions souvent des caprices pour que tel ou tel esclaves porte un collier d’appartenance ou un boucle d’oreille pendant ces réunions afin de marquer son territoire vis-à-vis des autres call-girl femdom de Paris. C’est malgré tout les débats ou les différentes interventions qui sont intéressantes et souvent mises en pratique durant la nuit suivante avec l’un de nos soumis cobayes.

Mon activité sur les sites d’escortes

De temps à autre, je m’annonce en tant qu’escort dominatrice Parisienne avec des amies. Les esclaves tombent comme des petits pains généralement et me demandent tous d’assouvir leurs fantasmes très exotiques. Certains me demandent juste de les dominer, d’autres de rentrer dans leurs fantasmes à base de journaux ou de poissons rouges. Cela ne me dérange pas car ils sont généralement adorables et très faibles.

Pour me trouver comme escort dominatrice, le mieux est de parcourir la section des dominatrices de Paris de lovesita.com ou de me contacter sur ladyxena. Sinon, je suis par ici mais mes soumis risquent d’être jaloux (même s’ils ne diront rien) de vous voir remplir leurs boîtes de réception.

Je suis une call-girl dominatrice mais je fais aussi des groupes de maîtresses Parisiennes pour martyrisé une fiotte ou des groupes de soumis que je dresse à l’exercice anal notamment. Par exemple, j’organise des grandes sessions de stretching le soir dans des hôtels chics d’Ile-de-France payés par mes petits loosers.

Venez rejoindre le monde de la domination à Paris

Ainsi, que vous soyez une escort girl dominatrice, une femdom amatrice, un maître ou simplement une merde de soumis (je plaisante), n’hésitez pas à nous rejoindre. De nombreux fantasmes se permettent ainsi de se rencontrer, de muter et d’évoluer vers des mondes encore inexplorés du vice ou le BDSM à toute sa place.

Cependant, il existe des branches du SM qui sont plus spécialisées, comme le shibari, qui organise ses propres manifestations.

Michel, soumis numéro 28456

Je m’appelle Michel, je suis un « sissy slave », membre de la garde rapprochée de Maîtresse Joséphine. Aujourd’hui, je suis une de ses forces spéciales, je suis rôdé à l’art de la soumission, je suis prêt à endurer ce qui tuerait un rhinocéros pour satisfaire ma maîtresse dominatrice Parisienne. Je vais vous raconter mon histoire.

Une enfance paisible

J’ai grandi dans une famille normale du Nord de la France. Fils d’un père charron et d’une mère institutrice, j’ai vite été baigné dans les règles de la moyenne bourgeoisie. Ma mère était à la fois aimante et très autoritaire voire castratrice, mon père se pliait en quatre pour la rendre heureuse. Seulement, maman avait du mal à accepter certaines distractions de mon père et à cause de lui, elle n’était pas heureuse. J’ai alors décidé de panser cette plaie à jamais grâce à mon escorte dominatrice et de retrouver cet équilibre salvateur dominant/dominé.

Une société de lutte

Arrivée à l’âge adulte, je voyais bien que l’on attendait de moi que je sois responsable, sachant et dominant. Je devais parvenir à trouver cette posture pour intégrer convenablement cette société. Mais mon désir de soumission envers les femmes était mal refoulé. C’estl’industrie du porno qui va me l’a révélé.

désir de soumission

Le porno comme maïeutique de la perversion BDSM

J’ai commencé à me masturber à l’âge de 12 ans sur une vieille VHS du Crazy horse, puis sont venus les films érotiques du dimanche soir sur M6, les bugs de canal + le premier samedi du mois qui donnait parfois le son sans l’image et les passages parfois chauds d’Hollywood Night sur TF1.

Par la suite, le lycée, les mauvais pornos chics des années 90 échangés sous les manteaux faisant l’affaire. C’est les belles années, ceux de la standardisation du porno et de son émergence progressive.

Puis sont venus les tubes, ces interminables bandes passantes blindées de porno ultra-spécialisé. C’est à ce moment-là que j’ai connu l’irrésistible attirance pour les femdom dominatrices, inondant la toile avec des tags de plus en plus parfaits : femdom ballbusting, dominatrice sévère, humiliation verbale JOI (jerk off instruction), etc…

Je pouvais voir mon fantasme sur-mesure, sans pour autant pouvoir le réaliser…

Il est vrai que toutes ces dominatrices se succédant sur les tubes pornographiques sont incroyablement belles comparées aux habituelles escortes dominatrices que l’on peut rencontrer en région Parisienne.

Je passais mes nuits sur les compilations de vidéos de dominatrice, à la recherche de la nouvelle perle.

Jusqu’à cette nuit d’Aout 2014…

La rencontre de Joséphine

J’ai rencontré Maîtresse Joséphine au Macumba, une boîte branchée située rue de Rivoli où elle se tenait avec des copines et un homme taiseux qui la suivait de près, à quelques mètres. Je comprendrai plus tard que c’était Phillipe, un compagnon soumis qui était de service ce soir-là pour escorter Maîtresse. Les accompagnements de Joséphine en public sont à la fois très périlleux et terriblement excitants.

C’est elle qui est venue me voir, parée de latex et de hauts talons, elle se montre douce et très féminine. Je lui avais tapé dans l’œil. Nous dansons ensemble et je l’invite à boire des verres, puis la soirée passe jusqu’à ce que nous sortions de la discothèque. L’homme était toujours là, à quelques mètres. Elle lui demande de rentrer chez lui avec un mépris ahurissant et m’embrassent langoureusement. Ces autres copines nous quittent, en riant de cette nouvelle relation que nous venions de créer. Je comprendrais tout cela plus tard, deux heures plus tard..

En effet, une fois rentré dans le luxueux appartement de Joséphine je remarque une curieuse décoration qui ne manque pas de m’exciter. Des tableaux de nus se succédaient dans long couloir, ce dernier se terminant par un petit renfoncement ou était disposé une impressionnante collection de Louboutin.

Dans le salon, un cendrier vide faisait office d’unique décoration mais une seule chose à attirer mon attention car bien mis en évidence sur d’innombrables étagères : une collection pharaonique de sex-toys et d’accesoires BDSM.

Mon pouls s’est accéléré, l’excitation est montée mais se mélangeait à une terrible peur de devoir avouer mon secret à cette Joséphine dominatrice, visiblement expérimentée. Soudain, sa voix brise le silence et fit l’effet d’une bombe dans mon âme hésitante :

« -Te tracasses pas Michel, je sais que t’es une petite fiotte soumise et tu sais pourquoi ? »

Je secoue la tête, angoissé par l’idée de rester ou de fuir, mais ma curiosité était à son firmament, je voulais en savoir plus…

« -Car je le renifle… » me dit-elle, mystérieuse et menaçante, en venant poser ses longues mains soyeuses sur mon sexe avant de venir broyer mes testicules.

« -Désormais tu es à moi, tu es ma pute et je serai ton escort dominatrice. »

Pour être honnête, j’ai hésité environ huit secondes avant de lui prêter allégeance, depuis je vis une amourette.

allégeance à ma dominatrice

Bien que la période de formation soit extrêmement longue et fastidieuse (torture, féminisation, humiliation, chantage) bien qu’incroyablement grisante, le fait de rentrer dans les forces spéciales est une véritable aubaine. J’ai gagné cette place en remportant l’édition 2015 des championnats des meilleures fiottes de maîtresse Joséphine.

Cette phrase qui a changé ma vie :

tu es ma pute et je serai ton escort dominatrice

En effet, alors que la quarantaine de soumis lambdas « money slaves »  doivent financer leurs séances de domination BDSM de Maîtresse Joséphine, elles servent aussi à financer son cercle fermé de forces spéciales, ces soumis d’élite qui lui doivent tout.

C’est comme cela que je vis de ma passion pour servir Joséphine depuis 2 ans, j’ai des collègues de boulot, d’autres soumis avec qui nous nous travestissons comme de vraies petites sissies bien dociles quand bon semble à notre reine dominante.

jeux BDSM

C’est durant cette période qu’ont débuté les nouveaux sévices de notre escort girl dominatrice, plus exigeants physiquement et mentalement. Je vais devoir vous les raconter…

À suivre..

 

 

 

 

La corvée d’une esclave (2/2)

La dernière fois, j’avais abordé la corvée d’un de mes forces spéciales esclaves sexuelle sissy. Bien que votre dominatrice préférée en a vu d’autres et des bien mûres depuis, elle va tout de même terminée ce récit érotique.

« -Pas les enfants maîtresse ! J’aimerai que l’on puisse les laisser en dehors de ça… »

Le temps est suspendu, je prends une mine songeuse. Bien entendu, je n’ai aucune envie que ses enfants sachent que je suis une dominatrice méchante et sévère et que cette fiotte explose le budget du ménage à mes côtés. Cependant, je veux jouer avec ce petit côté exhibitionniste qu’il a du mal à libérer. Je vais donc lui exiger de venir se promener dans un parc habillé en pute bien féminisée mais avant cela, je vais lui donner une correction.

« -Ok, pas les enfants mais il faut que quelqu’un paye de sa personne sur l’autel de Maîtresse Joséphine.. »

-Euh…ben moi si vous voulez ! Exulte le chien en levant sa patte tenant les gants pour faire la vaisselle. Une vision pathétique voire morbide de cette sissy réclamant sa dose d’humiliation par son escort dominatrice.

– Viens par ici à quatre pattes alors !

La scène commence, je dégage un maximum de sensualité pour hypnotiser mon esclave. D’un coup, je lui mets une gifle qu’il ne semble pas percevoir, puis je le tabasse de coups avec mes hauts talons aiguilles et mes mains.

La phase hystérique : un coït SM

Pendant que je le rue de coups dans les couilles (ballbusting) et que je lui crache dessus (spitting), je commence à sentir cette bestiole sadique qui s’empare de moi. Je lui crie dessus comme une hystérique avec une voix de folle pour lui balancer de véritables obscénités, que seule une pro du BDSM peut maîtriser.

-J’en ai marre, je t’ai toujours couvert et tu ne t’ai jamais soumis à moi ! Je veux ta dévotion direct et absolue! je n’en peux plus d’être mis en concurrence avec ta femme et tes enfants !

-Mais pourtant maîtresse, je fais tout pour…

La baffe est d’une puissance remarquable et provoque une gêne palpable. La frontière est difficilement visible entre de la domination et une agression. Je décide alors de surenchérir pour ne pas éveiller ses soupçons.

-Je me tue à recoller les morceaux avec toi mais tu ne veux rien comprendre, je ne sais pas si je pourrais rester ta dominatrice escorte pendant longtemps, je cherche une dévotion plus nette. Oh mais regarde.. j’ai abîmé mes beaux talons aiguilles !

La fiotte devient alerte en entendant « talons » et se met à se ruer sur mes pieds en faisant une glissade sur les fesses, ce qui le conduit à mes pieds. Il commence à lécher et à sucer mes talons comme une chatte titiller par l’odeur d’une boîte de thon. La séance hypnotique de conditionnement pavlovien que je lui avais faîtes il y a quelques jours aurait donc portée ses fruits…

Une fois terminé, je l’invite à aller mettre ses bottes à talons pour notre balade dans le jardin public. Je suis souriant et de bonne humeur, mon soumis voit qu’il me rend heureuse d’être une fiotte bien docile et après deux secondes d’hésitation, il a couru dans les escaliers pour rejoindre son dressing. Je profite de cet enthousiasme pour lui rappeler de ne pas oublier sa laisse et quelques euros « pour que je me sente en sécurité en sa compagnie »…lol.

La corvée d’un esclave (1/2)

Cela n’est jamais simple d’être une escort dominatrice aujourd’hui. je peux vous assurer que ça amène à assister à des scènes surréalistes.

Ce matin, à 6 heures, j’appelle une de mes forces spéciales en urgence car ma vaisselle n’était pas faite. En réalité, je suis sortie pour une soirée étudiante et je n’ai pas dormi à la maison mais avec des jeunes mecs. Ainsi, je me suis dit qu’a mon retour j’allais appeler une de mes fiottes pour un after afin d’endosser ma posture de dominatrice.

Ce looser s’est pointé en costume trois pièces pour faire la plonge en me disant qu’il n’avait pas beaucoup de temps, « qu’il avait ses enfants à amener à l’école dans deux heures ». J’aime autant vous dire à quel point cela m’a réjoui qu’il m’offre en quelques motss autant de supports d’humiliations.

La phase de séduction

J’ai commencé par l’embrasser, lui rappeler que la relation dominatrice/soumis est pour moi une histoire d’amour et de sentiment et que je tenais à lui. Évidemment, il est tombé dans le panneau jusqu’à prendre un petit air supérieur de patriarche protecteur..

Je lui ai alors demandé de rester avec moi toute la journée, il m’a répondu non. Je lui ai donc demandé de rester faire la fiotte soubrette avec son escorte dominatrice toute la journée, il a répondu oui après un temps d’hésitation. Je n’ai pas du tout appréciée ce temps de latence dans sa réponse. J’en ai donc profité pour lui faire porter la responsabilité du fait que j’ai couché avec un jeune étudiant la nuit précédente.

La phase de pilonnage

« J’ai toujours voulu donner le meilleur de moi-même pour toi mais tu ne m’as jamais fait confiance ! Tu ne  veux jamais passer du temps avec moi ! Amorçais-je, ne pouvant dissimuler mon sourire de carnassière.

-mais si maîtresse Joséphine, c’est vous qui…

-Tais-toi ! Tu me brises le cœur, j’aurai tellement voulu être ta femme, te faire des enfants..

-Il n’est pas trop tard dominatrice, je peux encore quitter ma femme si vous le désirez vraiment..

-Et les enfants ? lui dis-je.

-Je verserai une pension, si c’est le prix qu’il faut payer pour vivre le restant de mes jours à vos côtés.

-Oui, mais c’est trop tard maintenant.

-Pourquoi ?

-car j’ai couché avec un jeune étudiant cette nuit… »

Cette phrase le rend blême. Au même moment, je luis sors un préservatif rempli de la semence de ce jeune homme et j’enchaîne :

« je t’ai apporté son sperme, je ne voulais pas te mentir, j’ai toujours été honnête avec toi, contrairement à toi, j’aurai tout fait pour toi.. »

La phase de domination

Cette merde me croit et se met à pleurer, s’excuse, me promet monts et merveilles tout en embrassant mes bottes en cuir. J’ai exactement mis 2min30 à le soumettre, sans aucune brutalité, « au verbe ». Bien sûr, si je joue la force avec un de mes soumis, il reçoit immédiatement le stimuli et il est normalement réglé pour se transformer aussitôt en sissy docile, mais je préfère la méthode douce, c’est plus durable.

Pour une escorte girl dominatrice, soumettre un esclave par le verbe plutôt que par la menace c’est comme un kiné qui utilise la méthode Mézières plutôt que la manipulation. C’est un peu plus long à soigner mais les effets sont plus durable, ancrés, intégrés, immobilisés…

Je lui demande d’aller se changer en travesti, ce qu’il fait immédiatement avant de se diriger vers la plonge. Je lui parle de ses enfants, de leurs difficultés à l’école et de sa responsabilité dans ce processus. Bien sûr, ses enfants sont plutôt doués mais il ne s’en rend pas compte, cette merde a passé sa vie à être un intello victime et rougissant à la vue d’un string, il n’est pas dans le réel..

« je pense que tu devrais rassurer tes enfants ! Que je lui soumets, à tâtons..

-Sur quoi ? Me dit-il tremblotant et astiquant la vaisselle à s’en faire péter les poignets..

-Sur le fait qu’ils ne sont pas responsables des résultats médiocres qu’ils obtiennent, que tu es seul responsable car tu ne leur a jamais dit que tu étais lesbienne. »

Le temps s’arrête, le soumis me regarde d’un air implorant, tel le condamné pour hérésie espérant avoir mal perçu l’amorce gestuelle de sa bourrelle…

Avis de recrutement pour lopettes averties

Bonjour, je suis Joséphine, escort dominatrice experte en féminisation et humiliation verbale. Je vous écris pour faire un appel à soumis dans le cadre du camp d’été masochiste que j’organise cet été en banlieue parisienne.

Une organisation pointilleuse

Moyennant une forte somme d’argent, chaque soumis pourra ainsi intégrer mon cheptel pour tenter sa chance durant ses championnats où seront consacrées les « meilleures fiottes de maîtresse Joséphine ». Avant cela, petite présentation des forces déjà en présence..

Aujourd’hui, j’ai quinze soumis à ma disposition :

– 3 ceintures blanches, qui sont mes soumis débutants, en phase d’apprentissage et de dressage progressif.

– 5 ceintures jaunes, mes soumis ratés, qui sont plutôt du côté des fantasmeurs et qui préfèrent garder leur statut de Moneyslaves loupés. C’est ce que j’appelle mon « armée de réserve ».

– 4 ceintures vertes, qui sont mes soumis d’élites, des lopettes très studieuses et déjà très fiables, qui travaillent très dures pour rejoindre le sommet de la pyramide des fiottes.

– 3 ceintures noires qui sont mes forces spéciales, le nectar de mes formations à qui je redonne une autonomie pour me faire rayonner en dehors de mon donjon. Ce sont de véritables perdants, tantôts gladiateurs doloristes à mon service, tantôt sissy soumise, toujours à mon service. Très politisés, ils ont cette particularité rare d’être des militants engagés pour une monarchie gynarchique de droit divin..

Je ne m’attarde pas sur leur cas, ayant déjà écrit un article BDSM pour  approfondir leur présentation, le déroulement des derniers championnats ainsi que les phases qualificatives internes.

Les phases de qualifications

Le concours interne

Pour informations, sur mes 15 clébards, j’en retiens 9 :

Un débutant, pour lui monter le « haut niveau » et un soumis raté pour lui donner une chance de s’en sortir. Ces deux outsiders rejoindront ainsi la fine fleur de dominatrice Joséphine que ce sont ces soumis d’élites et ses forces spéciales.

Le concours externe

Pour compléter les inscriptions permettant de participer aux championnats du monde de maîtresse Joséphine, je fais donc un appel à candidature via ce billet. Pour retenir mon attention, il faut avoir certaines prédispositions à la soumission et me montrer patte blanche durant un entretien de pré-admission. Le mécénat peut offrir des places directes, le reste étant attribué aux esclaves sexuels m’ayant fait la meilleure impression durant l’entretien.

Déroulement des championnats

Je serai escorté de trois déesses dominatrices (de véritables beautés) pour cet évènement. Les participants seront logés dans un chenil à soumis (des dortoirs collectifs) pour stimuler l’aspect compétitif et seront blanchis par leurs soins à des horaires précis sous peine d’élimination. Concernant la nourriture, nous garantissons des repas bon marché mais nutritifs pour qu’ils gardent l’éclat de leurs poils tout au long des épreuves. Tout cela est, bien évidemment, largement financé par les coûts de participation. Les championnats se déroulent sur 7 jours, du Lundi au dimanche et fonctionnent sur un système d’élimination progressive.

cage chenil a soumis

– Lundi : 30 fiottes à dispositions pour une féminisation forcée

Le matin, concours de féminisation où les esclaves sexuelles devront se montrer les plus mignonnes et les plus sophistiquées possibles. Le thème de l’année sera « bimbo de banlieue » et les soumis pourront user au maximum de produit cosmétiques, de lingeries fines et de talons aiguilles. C’est un concours de beauté féminine qui écartera d’entrée de jeu les deux esclaves les moins convaincants dans leurs attitudes de travestis.

L’après-midi, chaque sissy devra passer devant le jury des déesses pour faire un strip-tease de 8 minutes, il faudra qu’elle assume sa posture de trainée allumeuse devant un parterre de dominatrices exigentes qui ne manqueront pas de lui rappeler l’absurdité de la situation par des humiliations bien choisies. Cette épreuve écartera de nouveau trois autres perdants.

– Mardi : 25 fiottes à dispositions pour « L’étape de Montagne »

Certainement l’une des journées les plus rudes et les plus douloureuses pour mes petits toutous, il leur faudra de la conviction et de la concentration :

Le matin, après l’heure consacrée au ménage du camp et à la vaisselle, les 25 soumis se dirigeront vers le parterre où va se dérouler le tir à la corde avec les testicules. Sous le regard des dominatrices, les soumis s’affronteront en duel pour tirer l’autre à l’aide de ses couilles sous les regards amusées des dominas vicieuses. Il y aura 5 groupes de 5 lopes, les derniers de chaque groupe seront instantanément éliminés.

L’après midi, une nouvelle épreuve masochiste se déroulera dans le jardin. Les fameuses courses de traits où toutes ces petites merdes s’affronteront nues (pour conserver une hygiène irréprochable) dans des courses au trot (sur les genoux) et au galop (sur les pattes arrières). Les courses se déroulent sous le regard des dominatrices dégustant les petits fours préparés au déjeuner. La vitesse est prise en compte mais ne sera pas forcément un critère de sélection, la beauté du trot et l’élégance de la posture seront des critères prioritaires. Deux nouveaux inexistants nous quitteront.

-Mercredi : 18 petites putes à disposition

Le matin, durant une nouvelle féminisation sur le thème de « secrétaire provocante », les soumis seront réunis dans une salle de cours pour un premier point et l’établissement d’un premier « classement général ». Par la suite, les trois premiers du classement pour les 4 soirées qui suivront pour venir se masturber avant le coucher sous le regard de dégoût de sa dominatrice préférée. Les autres iront naturellement rejoindre leur chenil où ils seront classés selon leur hiérarchisation. Deux soumis nous quitterons à la fin du cours pour une tenue de secrétaire provocante de mauvais ton.

L’épreuve du godage individuelle animera l’après-midi et les sissys soubrettes devront convaincre mes copines maîtresses et moi-même de leur autonomie à la slutification. Elles auront pour cela différentes graduations de sex-toys pour mener cette épreuve devant nos yeux ébahies, tantôt inquisiteurs, tantôt indifférents. Cette épreuve éliminera 3 de nos esclaves et certainement les derniers résidus de masculinité qui pourrait encore agoniser dans ce camp d’été.

-Jeudi : 13 esclaves sexuelles à disposition

Le matin, ce sera l’épreuve de corruption des jurys. Chaque chien viendra un par un soumettre une offre de corruption à nos maîtresses, ceci isolé de ses concurrents. Ces pratiques de corruption sont autorisées par le règlement officiel de dominatrice Joséphine. Les 5 meilleures offres seront encaissées et permettront aux meilleurs donateurs de se qualifier directement pour les quarts de finale du lendemain après-midi. La moins bonne offre entraînera l’exclusion du soumis avare, qui se fera cracher dessus par le jury devant les 12 qualifiés.

L’après-midi, les sept repêchés auront deux options : soit ils choisissent l’épreuve du ballbusting (cassage de testicules), soit celle de la bougie, soit celle du fouet pour déterminer ceux qui seront les plus endurants.

Les 5 qualifiés d’offices devront soutenir les maîtresses pour les épreuves (services et assistance diverses), la tenue de soubrette et la cage de chasteté étant fortement recommandé pour ne pas chuter au classement général, bien qu’il n’y ai aucun risque d’exclusion comme ce sont des moneyslaves de qualités. Les repêchés subiront donc des coups de chaussure, de talons, de genou, de fouet et la chaleur de la cire jusqu’à tard dans la soirée. À la fin de la journée, nous connaîtrons les 8 quart de finalistes masochistes du camp d’été de Sainte Joséphine.

-Vendredi : les quarts de finaliste, les bons petits garçons

Le Matin, les 3 qualifiés issus des repêchages devront venir en salle principale pour venir à l’épreuve d’épuisement par asphyxie. Cette épreuve peut devenir éliminatoire ou pas selon la disposition des fiottes radines à subir sans broncher.

L’après-midi, les quart de finalistes viendront pour s’entretenir 30 minutes avec chaque maîtresse pour l’étape délicate du fétichisme des pieds et de la dévotion sotte. Chaque participant devra lécher les bottes des dominatrices, répondre à des attentes insurmontables et obéir à des gages humiliants. Une épreuve ultra-sélective à ce niveau de la compétition qui déterminera les demi-finalistes. Autant vous dire qu’il vaut mieux être déjà bien positionnée au classement général avant cette examen, où je suis certaine que mes forces spéciales joueront des coudes et de leurs expériences dans le domaine de la soumission hard.

-Samedi : Les demi-finalistes, les fientes de luxe

Quatre dominatrices pour quatre soumis se retrouveront le samedi matin pour l’épreuve de la michetonneuse. Les derniers participants devront s’habiller en pute et s’exhiber en compagnie de leurs maîtresses sexy sur le bord des routes aux alentours du camp. Les lopettes devront avoir une perruque, paraître désirable et en chaleur devant les passants. Les dominatrices averties que nous sommes observeront attentivement vos dispositions à l’exhibition et votre degré d’épanouissement dans ce rôle de pute racoleuse. Les trois sissys les plus salopes rejoindront leurs femdoms au camp pour l’après midi, la dernière restera abandonnée sur la route, au pied du podium…

lâcher de sissy

L’après midi, les lopettes soumises se rendront dans la chambre de Joséphine pour participer à un gang-bang avec les 4 anges de la domination. Nos godes ceintures, nous lubrifiants et d’autres surprises seront de sortie pour trois sessions de 2 heures de baise intense. À la fin de la journée, la sissy la moins convaincante pour une baise torride sera écartée de la finale.

Dimanche : jour de finale

C’est la finale et cela suppose de l’imagination de la part des deux derniers loosers qui pensent que c’est un honneur d’être là. Ils devront mettre en place un spectacle scénarisé pour leur maîtresse, ils auront chacun quatre heures de numéro. Bonaventure, mon mari Guinéen qui est très curieux, nous rejoindra pour cette finale. Cette année, le scénario de la finale devra s’articuler autour du thème de l’homosexualité…

La petite pute à sperme soumise championne du monde sera remboursée de sa mise de départ et pourra venir dîner avec Bonaventure et moi durant trois soirs. Ensuite, elle pourra faire une demande pour devenir membre des « forces spéciales ».

Conclusion

Le camp d’été des championnat du monde de Maîtresse dominatrice Joséphine s’annonce donc sous les meilleures hospices. Ne tardez pas à vous manifester pour les inscriptions.

PS : je suis une dominatrice de 31 ans très sexy et plus qu’élégante, j’étourdis mes esclaves avec un simple regard ou par mes jambes fermes absorbées par des cuissarde en cuir. Je porte systématiquement des talons hauts. Pour cet évènement, j’ai choisi trois escort girl dominatrices VIP pour m’accompagner pour cette semaine lucrative et riche en émotion.

Magne-toi chien…

Escorte dominatrice Parisiennne cherche soumis

Je suis une escorte domina, j’habite Paris et je me sers de ce blog (appartenant à un de mes esclaves) afin d’agrandir mon cheptel. J’organise des concours de soumis et des camps de formation l’été.

Une pro de la domination

Je suis donc une femdom à paris et je sais ce que je fais, je fais la différence entre la vie publique du soumis, sa vie privée et sa vie à mes côtés. Je le rencontre une demi-heure pour connaître sa personnalité, je suis très courtoise et je m’attache rapidement. Une fois que j’ai saisi les attentes de mon soumis, j’instaure un safe code pour délimiter la frontière entre sa vie de merde et celle, plus flatteuse, d’esclave sexuelle.

Une quinzaine de soumis

les ceintures blanches : soumis débutants

Aujourd’hui, une quinzaine de soumis m’appartiennent et ils sont répartis en 4 niveaux. J’ai 3 soumis débutants « ceinture blanche » qui doivent venir me voir une fois par semaine durant deux heures, ils doivent faire leurs preuves en matière de dévotion pour passer au niveau supérieur. Généralement, je les initie au fétichisme, à la sissification, au maquillage, au port de plug et à de nombreux autres fondamentaux. C’est très amusant et ils me font beaucoup rire.

Les ceintures jaunes : les fantasmeurs collants alias « l’armée de réserve »

Par ailleurs, j’ai cinq soumis ratés qui ne s’assument pas. Ce sont des hommes qui viennent voir une escorte dominatrice quand cela leur chante. Ils se disent prêts à tout pour moi mais n’acceptent pas certaines choses comme mes exigences de visites. Comme ils se pensent être les maîtres du jeu, j’en ai fait mes moneyslaves et ils payent très cher mes prestations. Je les appelle mon « armée de réserve » car ils ne prennent que le plaisir masochiste de la relation à leur dominatrice et ne font pas les sacrifices nécessaires pour devenir des vrais soumis. Ils viennent, je les exploite, ils casquent très chère et repartent. Il affirme être des bons toutous mais j’ai besoin d’autres choses que des promesses et de l’argent. Ce n’est pas simple de passer ceintures vertes..

Les ceintures vertes : des soumis d’élites

J’ai quatre soumis d’élites que j’appelle aussi « mes besogneux ». Ils viennent me voir une fois toutes les 48 heures pour pointer et me donner une somme d’argent. Ils sont prêts à tout pour passer au niveau supérieur et ils sont en phase d’aguerrissement. Généralement, mon expérience d’escorte dominatrice à Paris m’a appris qu’un soumis qui a réussi à obtenir la ceinture verte est déjà une lopette très fiable. Je les aime, c’est mon « carré magique » et ils sont très doués : encaissement du fouet, travestissement, assistance dans mes projets, aide logistique. Ils ont beaucoup travaillé sur le camp d’été que nous allons organiser en août, c’est eux qui louent les chambres et les écuries, qui achètent le matériel de soumis et qui contactent d’autres call-girls dominatrices pour m’aider durant cet évènement. Ils sont prêts à tout pour devenir ceintures noires de soumission. Ils n’ont pas le droit d’entretenir des relations hétérosexuelles avec d’autres femmes et son soumis au port de la cage de chasteté.

Les ceintures noires : mes « forces spéciales »

Pour finir, j’ai 3 soumis qui forment la fine-fleur de mes esclaves sexuelles. Ils n’ont pas à me payer et je suis leur escorte dominatrice à vie. Je les aime et ils le savent, ils sont prêts à tout pour moi. La condition pour rentrer dans les « forces spéciales » est de trouver une copine dans sa vie privée pendant que je reste en compagnie de mes soumis d’élites. Ils doivent venir me voir dès que je les appelle : la nuit, durant le travail, une fois par mois ou trois fois par jour.

Généralement, ce sont des grands professionnels et ils viennent s’entraîner au donjon. Je les admire, ils sont beaux et totalement autonomes : ils savent se maquiller, se goder sans mon assistance, avaler leurs spermes, encaisser mes coups de fouets métalliques, entretenir des relations homosexuelles à mes pieds déguisés en sissy, etc.. Ils sont vraiment perfectionnistes et ils ont plutôt intérêt, tant les ceintures vertes sont disposés à venir contester leur supériorité.

Un camp d’été pour désigner le champion du monde de maîtresse

Mon carré magique a donc organisé un camp d’été pour soumis. J’amènerai avec moi une assistance escorte dominatrice, le plus prometteur des soumis débutants, un de mes fantasmeurs chez qui j’aurai détecté une détermination, mes soumis d’élites et bien entendu mes forces spéciales.

camp d'été dominatrice femdom

Autant vous le dire le débutant n’a absolument aucune chance de gagner mais c’est bien de voir comment cela se passe dans la « cour des grands ». Le fantasmeur a peu de chances de gagner mais c’est certainement une occasion unique pour gagner ses galons de soumis d’élite.

Chez les cadors, les soumis d’élites vont tout donner pour compléter le dernier carré et obtenir le « timelaps ». Le « timelaps » consiste à obtenir le droit de rentrer dans les forces spéciales si l’on arrive à se marier avec une inconnue dans les six mois. J’accorde un ou deux « timelaps » par camp d’été.

Enfin, nul doute que le titre devrait se jouer entre l’un des membres des forces spéciales. Il faut les voir ! L’année dernière, le champion a fait une véritable démonstration de force face à une concurrence remarquable : son numéro de vespasienne rose sur pilori, vaisselle en soubrette, écartement anal, exhibition et travestissement dans le bar du village, filmé en gang-bang avec les hommes du village qu’il (elle) a payé très grassement pour se livrer à l’exercice sous mes yeux ravis.

Pourtant, la concurrence était forte puisque le deuxième a misé sur une éjaculation sous cage de chasteté sans contact en suçant mes talons, qu’il a associé à un divorce par téléphone, remettant ainsi en jeu son « timelaps » de six mois. Une audace que j’aurai tellement voulu récompenser… Bref, un niveau rarement atteint que j’aimerais stimuler par de nouvelles recrues parisiennes déterminées à devenir de vrais soumis pour une escorte dominatrice qui saura vous rendre votre dévotion par une croupe incendiaire, une beauté naturelle et une psychologie maléfique.

Joséphine, la jeune maîtresse domina des petits masochistes

Une dominatrice de luxe recevant dans un donjon parisien

Joséphine a 23 ans, d’origine balte, elle vient de finir ses études en Sciences Humaines dans la capitale française. Plutôt que de se lancer dans une profession incertaine, elle a décidé de recevoir chez elle des masochistes de tous bords pour des séances hard BDSM. En effet, elle est très dure et ses élèves masochistes l’appellent « la bouche d’ombre », en hommage à Rimbaud.

Des bottes à talons comme piédestal

C’est une domina d’une élégance rare pour son jeune âge et son succès dans le microcosme du BDSM parisien n’est plus à faire. Cette jeune marâtre manie le fouet comme personne et sait parler à ses disciples sexuels. Elle sait jouer de sa sensualité lorsque le cuir vient ronger la peau de ses soumis esclaves sexuels. Son succès fait qu’aujourd’hui il s’agit d’une des escortes dominatrices les plus sévères de France.

Fétichisme des pieds

Les escortes dominatrices dignes de ce nom doivent pratiquer le fétichisme des pieds, offrir leur plus bas organe à ses soumis gloutons. Le pied comme phallus oublié et fantasmé pour compenser l’absence de ce premier chez la femme. Joséphine n’a pas conscience de tout cela mais ça la fait bien rire de voir son groupe de soumis se disputer la senteur d’une chaussette ou l’exclusivité d’un doigt de pied.

Un championnat de soumis

Joséphine s’est constitué avec le temps et sa réputation d’escort dominatrice un groupe d’une trentaine de soumis masochistes dévoués corps et âmes. Ainsi, elle a décidé de créer un championnat de ses soumis, chaque été dans une ferme de province, en honneur à leur femdom préférée. Plusieurs épreuves sont donc disputées pour établir un classement dans la disposition des soumis à bien faire leur travail d’esclaves sexuels dévoués à leur dominatrice. L’épreuve masochiste dure 3 semaines.

                Le tir à la corde avec les testicules

Parmi les épreuves reines, le tir à la corde à l’aide des testicules. Joséphine se place sur une chaire et place deux soumis l’un en face de l’autre reliés par une corde accrochée à leurs couilles respectives. Le principe est le même que le tir à la corde même si la douleur est différente. Ce challenge est très apprécié de la dominatrice.

                La course de cheval

Dans les autres épreuves masochistes organisées par maîtresse Joséphine, les courses de soumis galopant à quatre pattes sont très spectaculaires. Il ya les courses au trot (les soumis doivent se servir de leurs genoux) et au galop (libre). Le soumis court nu pour des raisons d’hygiène et Joséphien organise de grande réception en compagnie d’autres dominatrices Françaises pour l’organisation de ses courses tant le spectacle est grandiose.

                La corruption dans le championnat

Maîtresse Joséphine accepte la corruption de la part de certains Moneyslave qui cherchent à gagner des places au classement en payant leur dominatrice. Ces pratiques sont tout à fait admises par Joséphine qui rappelle tout de même que l’argent ne suffit pas à lui seul pour rester au sommet du classement.

                Le leader récompensé

chaque soir, le leader du classement général a le droit de se masturber devant sa dominatrice et de dormir dans un panier situé dans la chambre de Joséphine. Le second se voit attribuer une place au pied de la porte en compagnie du troisième. Les autres sont regroupés dans le chenil pour soumis où ils doivent se concentrer pour les épreuves du lendemain.

Un article de Joséphine prochainement pour expliquer aux potentiels participants les épreuves prévues pour le championnat 2017…

Michel, 42 ans, éternelle pucelle pour dominatrice

Bonjour à tous, je vous écris un article sur ce blog d’un ami à la demande de ma femme dominatrice, cela afin de partager mon expérience sur notre dîner d’hier soir entre amoureux. J’ai eu le droit de partager un dîner inoubliable avec elle, donc je comprends qu’elle passe la Saint Valentin avec son amant Guinéen ce soir.

Une journée qui commence parfaitement

Je suis marié à ma femme depuis trois ans et son emprise sur moi est de plus en plus importante dans la sphère du privé. Ainsi, elle s’est autorisée à passer la Saint Valentin avec un Guinéen et ne s’est pas faite prier pour me l’annoncer. Bien sûr, j’ai eu beaucoup de mal à accepter cela, j’ai pleuré et je lui ai demandé pourquoi. Sa réponse fut simple : elle dit m’aimer comme une folle mais elle a besoin de se sentir protégé et baisé par un vrai mec de temps en temps. Sans rancune, nous passerons le 13 février à déguster des fruits de mer à la maison entre amoureux.

Toute la journée, mon épouse a commencé à me lancer des petites provocations qui annoncent généralement les soirées mémorables. Elle sait que je suis un adepte du BDSM et que j’aime être soumis par elle comme une vulgaire petite poule mouillée.

Les premières provocations

Nous sommes donc allés prendre notre plateau de fruits de mer au supermarché. Arrivé à la caisse, elle me glisse à l’oreille d’un air allumeuse : « tu peux payer mon chéri ? Faut que je garde un peu de monnaie pour inviter Bonaventure au restaurant demain ». Je tressaillis et regarde autour de moi pour m’assurer que personne n’est entendu, ma femme me regarde avec ses yeux de biche et me dit : « je t’aime ». Je règle le tout.

Arrivé dans la voiture, le ton monte, je n’aime pas lorsqu’elle me provoque comme cela en public. Certes nous pratiquons des jeux de domination dans la sphère du privé mais cela ne doit pas sortir de notre intimité et je lui fais savoir. Elle s’excuse et poursuit : « je ne recommencerais plus mon amour, pour m’excuser je vais te traiter comme une pute dès que l’on franchira la porte de notre fameuse intimité à laquelle tu tiens tant ». Je ne réponds pas, mon corps est envahi par les frissons mêlant honte et jubilation extatique. Elle m’avait déjà sodomisé avec un gode, régulièrement d’ailleurs, mais elle ne m’avait jamais parlé de la sorte. Alors que le silence se prolonge, elle se penche vers moi avec un sourire sincère et me demande : « d’accord ? Sinon je te promets que je vais tout mettre en œuvre pour me faire baiser par Bonaventure demain ». Nous sommes tous les deux libertins donc cela ne pose pas de problème qu’elle fasse l’amour avec un autre homme mais le fait qu’elle me fasse un chantage sur ce sujet montre bien qu’elle veut jouer de la situation pour arroser de piment notre Saint-Valentin.

Un repas soumis/maîtresse

Une fois arrivé à la maison, ma femme monte à l’étage et revient parée d’un superbe déshabillé de soie et d’une belle lingerie fine. C’est une femme magnifique, blonde aux yeux bleus, elle est le stéréotype de la beauté et beaucoup de mes amis la trouvent provocante.

Alors que nous prenions l’apéritif, ma femme me tend une petite boîte qu’elle présente comme son cadeau pour la Saint Valentin. Satisfait, j’ouvre la boîte et j’y découvre une sacrée panoplie : String et soutien-gorge rose, plug anal, porte-jarretelles, rouge à lèvres et perruque blonde. Morte de rire ma femme vient m’embrasser et me déclare : « bonne Saint-Valentin mon chéri ! C’était dur de trouver ta taille. Maintenant fais-moi le plaisir de m’appeler Madame la déesse maîtresse de sa petite pute à sperme, d’accord ? ». Elle sait que j’aime me féminiser de tant à autre dans nos rapports sexuels et elle a décidé de passer à la vitesse supérieure. J’accepte son deal avec un peu d’appréhension et beaucoup d’excitation, je connais mes faiblesses..

Je joue la sissy de cuisine

Nous rentrons alors dans un jeu de rôles. Elle commence par me maquiller pendant quelques minutes puis m’enfilent les attributs vestimentaires féminins. La gêne s’installe de mon côté lorsque je commence à bander au moment où elle m’enfile le string, pourtant cela a l’air de la rendre euphorique. Une fois que je suis prêt, paré de ma lingerie, d’une jupe trop serré et d’une chemise propre, elle sort des talons aiguilles qu’elle me prie de mettre. Une fois prête, elle me déclare d’un ton sec :

« Michella, maintenant tu vas faire la playmate et me servir ce délicieux plateau de fruits de mer!

– Oui madame la déesse maîtresse de sa petite pute à sperme. »

Bien évidemment, elle éclate de rire et semble à chaque fois plus étonné que je ne bronche pas à jouer ce rôle de lopette qui me sied tant. À sa demande, le repas devient de plus en plus burlesque, je luis sers chaque fruit de mer un par un en faisant l’allumeuse, je mime la coquetterie du mieux que je peux, je m’efforce d’être à la hauteur de ma dominatrice.

Fin du repas et sodomie

Une fois que le repas est terminé, je suis prié de faire la vaisselle rapidement. Je commence à broncher et à lui dire que je ferai cela plus tard. Que n’avais-je pas dit…

Ma femme me met une sérieuse gifle, me crache dessus et me crie : « Tu vas aller faire la plonge pour ta maîtresse et tu vas mettre ton plug anal dans ton cul avant cela. Pendant que tu fais la vaisselle, je veux voir ta jupe remontée et ton plug bien en évidence. Est-ce que c’est clair ? »

Là, la soirée change de dimension et je suis complètement troublée, ébranlé, mon moi est ailleurs, j’ai une forme de tournis provoqué par cette surcharge d’excitation, mon sexe est en érection. Évidemment, cela ne lui échappe pas et elle surenchérit jusqu’à que je sois honteusement au-dessus de l’évier avec un gode dans les fesses à faire la vaisselle sous ses insultes et ses humiliations répétées.

Enfin, elle s’absente pendant quelques secondes et revient avec un gode-ceinture et un sourire sincère. Elle est magnifique, des bottes à talons, de la lingerie fine et un magnifique corset viennent orner la vision de ce phallus d’une bonne trentaine de centimètres. Elle me prend par le cou et commence à me pénétrer de force avec le gode antérieurement lubrifié. Je me fais violé dans ma cuisine alors que je suis habillé en soubrette. Même si j’ai honte et que la douleur m’envahit, je commence à émettre des vocalisations copulatoires féminines qui excitent ma femme, méconnaissable. Tout en me tapant les fesses et en tirant sur ma perruque elle me déclare alors :

« tu aimes ça ma petite salope de travesti ?

Je réponds, assez machinalement je dois le dire : – Oui madame la déesse maîtresse de sa petite pute à sperme ». L’excitation est à son firmament et la voilà qu’elle me masturbe en même temps qu’elle m’encule avec son gode-ceinture. Elle assaisonne ces coups de  gode-ceinture d’insultes comme : « tu es vraiment pathétique, t’aimes vraiment ça faire la fiotte ? ».  En l’espace d’une petite quarantaine de seconde, j’éjacule sur le carrelage.

Le retour à la réalité

Une fois que j’ai éjaculé, ma femme se retire de mes fesses et se tient la bouche pour cacher sa satisfaction. « C’est bon, laisses la vaisselle, je la ferais plus tard » me dit-elle d’un air supérieur. Lorsque je lui demande si cela lui a plus, elle s’enferma dans un fou rire interminable qui ira jusqu’à la faire pleurer. Elle finit par m’avouer que oui et que je suis l’homme de sa vie. Je suis un être comblé.

Elle aimerait que je l’attende habillé en femme lorsqu’elle reviendra de son rendez-vous avec Bonaventure : « promis mon chéri, je t’apporterai un peu de son sperme demain mais pour cela il faut que tu me donnes un peu d’argent pour l’hôtel ». Complètement troublé et déconnecté de la réalité après une telle soirée, je lui donne 1000 euros. Cela ne semble pas l’étonner. Nous ferons lit à part car je suis un gros ronfleur, c’est un fait.

 

Idées de cadeau pour une escorte dominatrice pour la Saint Valentin

Amis soumis, amis soumises, la Saint-Valentin approche et vous trépignez d’impatience pour marquer le coup auprès de votre déesse et gagner des places dans le classement de préférence de son cheptel ? Vous êtes sur la bonne page.

Faites lui la surprise

Bien entendu, cela doit être un cadeau surprise, inutile de venir déranger votre dominatrice durant les jours précédant le 14 février. Entre nous, elle a tout de même autre chose à faire que de penser à la Saint-Valentin et vous le savez très bien.

Le restaurant, seulement avec des vrais hommes

Bien entendu, les soumis velléitaires tenteront d’inviter leurs escortes dominatrices aux restaurants. Abrutis par les stéréotypes véhiculés par les femmes ordinaires, ils n’ont toujours pas compris que leur maîtresse ne s’affichera certainement pas avec eux dans un lieu huppé. Elle ne s’affiche qu’avec des vrais hommes en société. Cependant, il est d’un très bon ton pour un soumis VIP de commander des kits de repas prêt à consommer préparé par des chefs cuisiniers. C’est exactement le type d’initiative qui devrait vous offrir plus de visibilité auprès de votre domina.

Le poème, un risque à prendre

Aussi, il est de très bon ton d’écrire un poème à sa femdom. On sait que vous n’êtes pas Rimbaud mais il va falloir faire un effort de style, sans quoi le cadeau peut vite se transformer en boomerang ou en crachat humiliant en pleine figure. C’est également un bon moyen pour récolter des moqueries délicieuses. Quit ou double…

Un vrai cadeau de princesse

Pour assurer le coup auprès de votre dominatrice parfaite et déjà bien trop gentille, il est préférable de se tourner sur un vrai cadeau qui lui sera utile. L’idéal est de lui offrir une petite voiture ou de la lingerie fine de luxe pour ses sorties entre copines. En manifestant votre dévotion, vous devriez pouvoir aller taquiner ses talons aiguilles pendant un petit moment.

Enfin, les présents appréciés bien que trop courants sont les ballerines hors de prix ou encore des vêtements de luxe qui iront parfaitement à votre dominatrice. Faites attention de ne jamais enlever le prix indiqué, cela pourrait être considéré comme une cachotterie de la part de votre maîtresse qui pourrait se vexer et ne pas se venger sur vous.

Mise en garde

Attention, ne lui faîtes pas de cadeaux de type menottes, fouet et tenue de dominatrice, c’est le pire car elle comprendra très vite que c’est un cadeau à vous-même que vous venez d’offrir. C’est le meilleur moyen pour se faire blacklister du peu d’attention qu’elle vous porte.

Conclusion : soignez votre dominatrice

Il semble donc que même si votre impatience à lui offrir un cadeau est légitime, il ne faudrait pas gâcher cette occasion par une faute de goût ou de moyens. Si vous n’avez pas assez d’argent, vous pouvez toujours demander à votre femdom, elle vous en trouvera un pour vous permettre de la couvrir de cadeau. Joyeuse Saint-Valentin à votre maîtresse.